Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chapitre 25

Publié le par Eva

Le lendemain je me réveille et descend, en bas il y a au coin deux tables collées avec une chaise pour chacune contre le mur. Elles y sont depuis longtemps, elles paraissent vieilles mais en bon état. Sur chacune d'elle se trouve des affaires, nos affaires, sur l'une il y a mes affaires de cours et sur l'autre ceux de Chloé. Je n'ai pas trop envie de déjeuner alors je me lance directement dans le travail. Je m'assoit et je commence à faire mes fiches pour réviser. Une demi heure après Chloé descend et me rejoint. Très vite il est 10h et les joueurs ont entraînement à 10h30, je les entends descendre mais je suis plus plongée avec Chloé dans mes fiches que je n'y prête pas trop attention.

- ça bosse dur ici ! Et oh !

Je relève la tête.

- Quoi ?

- ça fait 5 minutes qu'on vous parle !

- Ah désolée mais on est pas trop connectées à ce qui nous entour, d'ailleurs j'ai fini pour aujourd'hui !

- Moi aussi !

Avec Chloé on s'est bien avancé, on décide donc d'aller voir les joueurs jouer. C'est un entraînement à 8 clos, en gros y a que nous deux dans les gradins. On s'ennuie un

peu quand on a pas entraînement et qu'on s'est avancées dans nos révisions donc on regarde les joueurs jouer, j'ai hâte que Clément revienne. L'entraînement se fini on descend rejoindre les joueurs.

 

- Alors, on est venu regarder qui ? S'exclama Paul.

 

- Pas toi en tout cas !

 

- Euh on est venu voir tout le monde !

 

- Je ne m'attendais pas à une réponse aussi clair de ta part Chloé !

 

- Pas plus clair t'auras pas !

 

- Bon ça vous dit on retourne au château au lieu de se prendre la tête ?

 

- Aller on y va.

 

On commence à marcher avec Chloé, Paul, Antoine, Olivier et Blaise quand tout d'un coup une voiture arrive vers le château et s'arrête. On est pas encore arrivés nous. Un jeune homme sort de la voiture, il est dos tourné, je suppose qu'il est jeune, qu'il a notre âge vu ses vêtements. Nous arrivons au château au moment où il se retourne. Je m'arrête, les autres eux comprennent pas pourquoi je me suis arrêtée. Avec cette personne, on se fixe, sans bouger. Je pense que les autres ont comprit qu'on se connaissait. Je suis restée l'espace d'un instant figé, je retrouve peu à peu mes esprits et monte les marches de l’escalier sans me retourner, les autres eux sont restés en place. Je vais dans ma chambre, ferme la porte et m’enferme dans la salle de bain.

 

Commenter cet article