Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chapitre 26

Publié le par Eva

- Qu'est ce que tu fais là ? ( Chloé)

- Je suis venu vous voir toi et Mia.

- T'aurai pas dû, ça sert à rien va t'en !

- Mais.

- Dégage ok, je te le dirai pas deux fois !

Sur ses paroles Chloé monte rejoindre Mia.

Elle comprend très vite en entrant dans la chambre de Mia qu'elle s'est enfermée dans sa salle de bain.

- Mia ouvres ! S'il-te-plaît Mia ! Il est parti !

Le silence s'installe, Chloé comprend que Mia ne veut pas parler donc elle retourne dans sa chambre. Mia pleure. Elle pleure énormément. Elle est recroquevillée à même le sol contre le mur en face de la porte, elle a déverrouillé la porte de la salle de bain car elle sait que Chloé ne reviendra plus. Toujours recroquevillée, elle ne sait plus quoi faire. Quelqu'un entre dans sa chambre, ferme la porte et toque à celle de la salle de bain.

- Laisses moi tranquille !

- Ok...

- Antoine ?

- Oui.

Mia se lève tout doucement et se dirige vers la porte et l'ouvre. Antoine la fixe, il fixe les yeux de Mia tout humides et fixe les gouttes qui sont restées sur ses joues. Ils ne se connaissent pas et donc ne savent pas quoi se dire, ils restent figés un certain temps.

- Viens on va s’asseoir sur ton lit. Ajoute Antoine

Mia le suit et ils s'assoient au bord de son lit.

- On se connaît pas mais si tu veux parler à quelqu'un tu peux me parler, des fois c'est bien de parler à des personnes qu'on ne connaît pas.

- Merci. C'était mon meilleur ami.

- Mais ton meilleur ami c'est pas celui qui était là hier ?

- Si mais avant c'était lui pendant 10 ans il a était mon meilleur ami mais du jour au lendemain il avait disparu et avait fait croire à tout le monde qu'il était mort pour des projets professionnels à l'étranger. J'étais sa meilleure amie et pendant 3 ans il m'a fait ça, il est parti et ma laissé toute seule alors que je n'avais que lui, c'était plus qu'un frère pour moi.

- Quel salop...euh désolé.

- C'est pas grave c'est véritablement un salop après il est revenu comme si de rien n'était et depuis ce temps il cherche à me voir mais je n'accepte pas qu'il ait fait ça, il est parti quand j'avais le plus besoin d'une épaule sur qui comptait.

 

- C'est dégueulasse.

 

Je ne peux plus me retenir et les larmes coulent. Antoine hésite un peu avant de me prendre dans ses bras, je le serre mais de manière douce sans forcer. Après ce petit moment je décide de me ressaisir et de le raccompagner à la porte, il doit être fatigué. A la porte je lui dis merci et lui fis un sourire il fait de même, je ferme la porte et essaye de m'endormir tant bien que mal.

 

Commenter cet article